Witam M l'inFO - L'actualité hebdomadaire en 1 clic

04/09/2020
Thumbnail [16x6]

Récapitulatif de la journée du 3 septembre 2020

 

LA TECH US AU FIRMAMENT

Comme nous avons pu l’évoquer de nombreuses fois dans ce billet hebdomadaire, la puissance de la réponse monétaire et budgétaire a nettement contribué à une accalmie rapide sur les principales places boursières, une fois passé l’épisode de stress généralisé qu’avait engendré le début de l’épidémie. Les actions américaines viennent d’ailleurs de signer… le meilleur mois d’août depuis 1984 ! Sur les 6 derniers mois, l’indice privilégié des investisseurs, le S&P 500, enregistre donc un gain de 7%. Il convient toutefois de souligner le poids chaque jour plus prépondérant de la tech US dans la construction de ces performances… comme les derniers jours ont pu une nouvelle fois le démontrer. Ainsi, les annonces de « split » des titres d’Apple et Tesla ont eu l’effet attendu par les analystes : +34% de hausse pour Apple et plus de 80% pour Tesla depuis l’opération de division des actions ! Selon Bank of America, le secteur technologique du pays de l’Oncle Sam pèse désormais plus en terme de capitalisation… que toutes les entreprises côtées de l’Union Européenne, le Royaume-Uni et la Suisse réunis ! Des données stratosphériques, qui correspondent à un montant de 9100 milliards de dollars de capitalisation pour la technologie américaine. Le gouffre se creuse… Problème : si ces mastodontes concentrent une part toujours plus importante des profits, ils contribuent significativement moins au marché de l’emploi…

L'EMPLOI US AU COEUR DE LA STRATEGIE DE LA FED...

L’emploi constitue en effet l’enjeu majeur pour l’ensemble des économies occidentales suite à la crise sanitaire et économique que nous traversons. Outre-Atlantique, le débat s’intensifie ainsi dans les milieux autorisés quant à cette bien douloureuse problématique. Les sous-composantes « emploi » des indicateurs ISM restent en territoire de contraction. L’enquête ADP publiée cette semaine a ainsi fortement déçu les observateurs. Des données qui confirment un peu plus le constat dressé au préalable : l’amélioration du marché de l’emploi est clairement capricieuse, et le retour aux niveaux d’avant crise s’apparente malheureusement à un lointain mirage. La Fed, qui a également jeté aux oubliettes ses objectifs passés de maitrise de l’inflation, a ainsi réaffirmé à l’occasion de la réunion annuelle de Jackson Hole sa volonté de soutenir le marché du travail en maintenant les taux à des niveaux durablement bas. Elle rappelle surtout que les indicateurs de l’emploi sont susceptible d’influencer le déploiement d’un attirail monétaire supplémentaire. 

… ET LA CAMPAGNE ELECTORALE

Pendant ce temps, la probabilité d’une victoire du candidat démocrate Joe Biden à l'élection présidentielle apparait moins certaine qu’il y a quelques semaines, notamment en raison d’une inversion de tendance dans des Etats clés comme le Wisconsin ou le Michigan… signe que les préoccupations économiques grandissantes de nombre de ménages US pourraient influencer les votes dans le si bien nommé « money time ». Il apparait de plus en plus probable que les Républicains parviennent à conserver le Sénat.

QUAND LA BCE SE CONCENTRE DAVANTAGE SUR LE CHANGEMENT CLIMATIQUE

« Le changement climatique est probablement le plus grand challenge auquel nous faisons face, encore plus que la pandémie ». C’est par ces mots, plutôt surprenants pour une Banque centrale, qu’Isabel Schnabel a livrée une des variables d’ajustement futures des prochaines revues stratégiques de la banque centrale européenne. Dans la même interview livré à Reuters, la membre du conseil des gouverneurs de la BCE a également indiqué que la situation économique de la BCE se déroulait de manière conforme aux anticipations réalisées en juin, et qu’il n’était donc pas nécessaire d’ajuster la politique monétaire pour le moment… Comme annoncé par le gouvernement français, le plan « France Relance » de 100 milliards allouera bien 30% de ses ressources à « transition écologique via les transports, la rénovation énergétique des bâtiments, l’industrie (hydrogène) et l’agriculture ».