Witam M l'inFO - L'actualité hebdomadaire en 1 clic

18/09/2020
Thumbnail [16x6]

Récapitulatif de la journée du 17 septembre 2020


UNE REUNION DE LA FED SANS SURPRISE MAJEURE

Afin de réaffirmer un peu plus sa souplesse face à la « corona crise », la Banque centrale américaine a soigné sa sémantique une fois encore lors de la réunion de cette semaine. Les derniers observateurs qui en doutaient peuvent être rassurés : les taux directeurs resteront à des niveaux bas pendant une période très prolongée. Exit l’objectif d’inflation des 2%, place à une politique monétaire centrée sur des indicateurs économiques comme celui de l’emploi. La Fed est donc en train de réussir son pari, et d’ancrer dans l’esprit des investisseurs une politique très accommodante jusqu’à l’année 2023. Une stratégie qui répond à une volonté de favoriser la reprise d’un cycle économique viable et de soutenir le rebond d’activité récent.

Les investisseurs ont paradoxalement accueilli avec plus de fraîcheur la révision haussière des perspectives de croissance… car celle-ci ne justifie pas de nouvel attirail monétaire à court terme. Avec du recul, ces mêmes investisseurs ne manqueront toutefois pas de saluer la confirmation d’un scénario de reprise favorable (les anticipations des membres de la Fed sont passées d’un recul du PIB de -6.5% à -3.7% par rapport au T4 2019). Désormais, tous les regards sont tournés vers Washington, et son incapacité à parvenir à un accord budgétaire depuis cet été…

DONALD TRUMP VEUT SOUTENIR LE REVENU DES MENAGES

L’espoir d’un accord budgétaire évoqué précédemment prend toujours plus d'importance dans la campagne électorale américaine. Donald Trump est ainsi venu rappeler cette semaine la nécessité de parvenir à un accord permettant de soutenir les revenus des ménages, afin de nourrir et préserver la reprise.

Comme évoqué plusieurs fois depuis le début de la crise sanitaire, les politiques monétaires et budgétaires ont considérablement contribué à soutenir le secteur privé de part et d’autre de l’Atlantique. Les Etats-Unis, qui ont rapidement opté pour un renfort des allocations de chômage versées doivent maintenant davantage soutenir l’activité après l’amélioration du marché du travail constatée dans les derniers chiffres.

Alors que les mesures de soutien actuellement en place arriveront bientôt à échéance, les allocations de chômage supplémentaires accordées au niveau de chaque Etat sont à l’arrêt depuis juillet, et leur prolongation semble bien incertaine. L’enjeu des négociations entre républicains et démocrates reste de parvenir à un plan d’envergure suffisante pour ne pas menacer la durabilité et l’ampleur de la reprise.

PENDANT CE TEMPS, SUR LE VIEUX CONTINENT...

Le discours de la présidente de la Commission européenne Ursula Von der Leyen était lui aussi très attendu. Véritable cheval de bataille des différents responsables politiques européens, l’enjeu climatique a de nouveau accaparé une part importante des débats. La présidente propose ainsi d’augmenter les objectifs de réduction des émissions de CO2 de 40% à 55% d’ici 2030. Pour ce faire, la Commission va revoir dès l’été prochain la réglementation européenne en matière de climat et d’énergie.

Pour rappel, près d’un tiers du plan de relance « Next Géneration EU » doit être consacré à cette thématique. Également très attendue sur les sources de financement future de l’Europe permettant de faire face notamment au dépenses liées au plan de relance, les dirigeants européens ne semble pas être parvenus, ô surprise, à un accord sur une taxe sur les géants du numérique. L’Europe milite pour une solution internationale dans le cadre des négociations de l’OCDE… Mais envisagerait tout de même de lancer sa propre taxe en cas d’échec de parvenir à un consensus. Un débat parti pour durer…

 

L'EMPIRE DU MILIEU SORT LA TETE DE L'EAU

Premier pays touché par le Covid-19, la Chine s’est construit une sensible avance sur la route de la reprise économique. Après la remise en ordre de marche de la production, c’est désormais du côté de la demande que les progrès sont notables. Les ventes au détail sont ainsi repassées en territoire positif, avec un glissement annuel de +0.5% au moins d’août.

La production industrielle accélère quant à elle la dynamique des derniers mois et affiche même une progression de 5.6% au mois d’août ! Signe de la reprise de la consommation, les ventes d’automobile enregistrent une hausse de 11.8% sur un an ! Tous les compteurs passent progressivement au vert en Chine… Les flux des investisseurs vers les marchés émergents se poursuivent donc, largement soutenus par la demande envers la Chine.