Witam M l'inFO - L'actualité hebdomadaire en 1 clic

09/10/2020
Thumbnail [16x6]

Récapitulatif de la journée du 08 octobre 2020


RECULER POUR MIEUX... STIMULER ?

Le temps passe…et les négociations sur un nouveau plan de relance aux Etats-Unis déchaînent toujours autant les passions (et les investisseurs). Quelques jours après avoir tweeté qu’un plan de relance s’imposait, le locataire de la Maison Blanche a de nouveau surpris en demandant l’arrêt des négociations avec les démocrates pour le tant attendu stimulus budgétaire ! Un choix politique qui peut surprendre, alors que le plan de relance reste au cœur des préoccupations des électeurs de tout bord. Pour rappel, les chômeurs ont déjà vu leurs revenus diminuer de près de 50 milliards de dollars en août sous l’effet de l’arrêt progressif des mesures de soutien. La dynamique de consommation des ménages ne manquerait pas d’être fortement impactée par le blocage politique qui se dessine. Comment justifier l’optimisme des derniers jours des opérateurs boursiers ?
L’inénarrable Donald Trump a de nouveau réservé aux investisseurs un virage à 180° dont il a le secret ! Quelques heures seulement après le tweet évoqué en préambule, le Président-candidat a certifié qu’il accepterait de légiférer sur des aides directes aux ménages si le Congrès le proposait !  Il s’est également montré favorable à un plan ciblé sur le secteur aéronautique de 25 milliards USD et à des financements de 135 milliards vers les PME… Le président de la FED Jérôme Powell, longtemps brocardé par Donald Trump dans un passé récent, n’a pas manqué cette semaine de mettre son meilleur ennemi devant ses responsabilité. Pour lui, une nouvelle phase de soutien budgétaire s’impose clairement pour ne pas menacer la reprise économique au T4. A suivre...

L'INSEE AFFINE SON ANALYSE DE CONJONCTURE

Dans un contexte économique aussi incertain, les notes de conjoncture de l’INSEE restent très attendus par les observateurs. Le dernier rapport en date n’a pas dérogé à la règle ! L’institution souligne notamment le risque que la circulation du virus fait peser sur l’activité. Après des baisses successives du PIB de 5.9% et 13.8% sur les deux premiers trimestres de l’année civile, le rebond de l’activité de 16% au T3 avait fait naître les espoirs d’un retour prochain à la normale. Les restrictions d’activités causées par la reprise de l’épidémie font désormais craindre un retour en contraction sur le dernier trimestre de 2020. Avec une croissance nulle sur le T4, le recul sur l’année atteindrait les 9%...

Les ménages français continuent, dans ce contexte, d’intensifier leur épargne. Selon le rapport,  ils ont ainsi épargné 60 milliards d’euros de plus au premier semestre 2020 que lors du deuxième semestre de 2019 !

LES GAFA DANS LE COLLIMATEUR DES DÉMOCRATES

La montée en puissance des acteurs du numérique aux Etats-Unis, le plus souvent regroupés sous l’appellation GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon), au cours des dernières années soulève de nombreuses questions. A l’instar des barons du pétrole ou des magnats du chemin de fer qui s’étaient imposés comme les acteurs majeurs d’activités économiques fleurissantes à leurs époques, les géants du numérique sont aujourd’hui en situation de position dominante. C’est pourquoi la Chambre des représentants, à majorité démocrate, s’est penchée sur la question de ces situations de monopole en établissant une commission d’enquête antitrust. Ses conclusions après 15 mois d’enquête sont sans appel : les membres de la commission affirment que « ces firmes ont désormais bien trop de pouvoir et celui-ci doit faire l’objet d’une surveillance et d’une application adéquate des lois en vigueur. Notre économie et notre démocratie en dépendent ». Une des solutions proposées pour répondre à cette problématique d’abus de position dominante serait de démanteler partiellement ces organisations (par exemple en obligeant Facebook à se séparer d’Instagram ou Google de Youtube). De telles mesures ont bien évidemment très peu de chances d’aboutir, tant elles entrent d’une part en contradiction avec la liberté d’entreprendre américaine. Mais aussi, parce qu’elles pourraient affaiblir sensiblement les Etats-Unis dans le domaine du numérique à l’heure où le pays se livre à une confrontation sur le terrain de l’économie numérique avec l’Empire du Milieu ! Le sujet est également très sensible pour une autre raison : bien que soumises à la loi américaine, l’activité de ces entreprises repose énormément sur leurs clients et utilisateurs situés partout ailleurs dans le monde. Les préconisations de la commission d’enquête apparaissent en ce sens bien utopiques.

LE POINT COVID-19

Comme nous l’évoquions dans la Newsletter du 24 septembre, la situation sanitaire continue de se dégrader sur le continent européen. Un premier durcissement des règles sanitaires a notamment été implémenté à l’échelle régionale sur le territoire français, et de nouvelles mesures sont attendues dans la journée. Au niveau mondial, ce sont désormais plus de 36 millions de personnes qui ont été contaminées par le Coronavirus (et plus de 25 millions de guérisons), dont 1 056 400 qui en sont décédées. Le virus continue sa progression aux Etats-Unis, pays le plus touché avec 7,5 millions de cas déclarés et près de 211 000 décès. En Inde, où l’épidémie n’a pris de l’ampleur que tardivement, ce sont désormais plus de 6,8 millions de personnes qui ont contracté le virus. Mais sa progression semble ralentir un peu depuis quelques jours (le nombre de nouveaux cas quotidiens est repassé sous le seuil des 80 000 personnes). Les données de l’OMS concernant l’Amérique du Sud sont cependant encourageantes : les pays de la région qui avaient subi de plein fouet la crise sanitaire durant l’été voient désormais le nombre de nouveaux cas ralentir sensiblement (hormis en Argentine).