Witam M l'inFO - L'actualité hebdomadaire en 1 clic

18/12/2020
Thumbnail [16x6]

Récapitulatif de la journée du 17 décembre 2020

L'INCROYABLE ANNÉE... DES BANQUES CENTRALES !

L’année boursière tire à sa fin permettant déjà de dresser un épilogue favorable après les baisses marquées qui auront suivi un premier trimestre historique. Bien sûr, la perspective de réouverture progressive aura contribué à nourrir le rebond des principaux indices. Avant la trêve des confiseurs, l’occasion est belle de rappeler quelques données permettant de mesurer l’impact des banques centrales dans la gestion de la crise économique. Bank of America, par la voix de Michael Harnett, a ainsi publié une étude plus que révélatrice. Sur l’année civile, les banques centrales ont ainsi procédé à 1,3 milliards de Dollars de rachats d’actifs… toutes les 60 minutes ! Une donnée stratosphérique qui illustre à elle seule à quel point les plans de soutien monétaire contribueront à nourrir durablement l’orientation de l’ensemble des classes d’actifs. Au total, cela représenterait 11 400 milliards d’achats d’actifs sur une année entière ! « Last but not least », le soutien monétaire est évidemment passé par la mise en place de conditions de financement favorable. Ainsi, il y a eu selon cette étude 190 abaissements de taux dans le monde, soit tout de même 4 baisses de taux tous les 5 jours ouvrés ! Stratosphérique… Hasard ou coïncidence, les sociétés américaines ont profité à plein régime de ces conditions de financement : via des obligations ou des prêts classiques, elles ont ainsi levé 2 500 milliards de Dollars au total ! Stratosphérique X2 !

LA FED POURSUIT SON ACTION

L’action des banques centrales était une nouvelle fois à la une cette semaine, et les conclusions de la dernière réunion de la Federal Reserve étaient attendues par nombre d’intervenants de marché. Si aucune annonce majeure n’a découlé de cet événement (maintien de l’enveloppe d’achats d’actifs, maintien des taux directeurs), la banque centrale américaine a toutefois insisté par la voix de son président Jerome Powell sur la nécessité de rester prudent quant à l’évolution du contexte macroéconomique dans les mois qui viennent. A ce titre, c’est sur la durée des programmes de rachats d’actifs que la Fed sera amenée à intervenir, annonçant que ces derniers seront maintenus jusqu’à temps que des « progrès significatifs se matérialisent sur la situation économique ». Powell a par ailleurs rappelé que les prochains mois pourraient être difficiles en raison du contexte sanitaire tandis que la campagne de vaccination pourrait prendre du temps. La patience et le soutien monétaire resteront donc de mise pour retrouver des niveaux de croissance du PIB, d’inflation et d’emploi équivalents à ceux qui prévalaient avant le début de la crise.

LES TUTOS DE MARIO

Toujours dans l’actualité des banques centrales, ce sont Mario Draghi et Raghuram Rajan, respectivement ancien président de la Banque Centrale Européenne et ancien gouverneur de la Banque de Réserve de l’Inde qui ont publié une étude pour le compte du G30 examinant les réponses jusqu’ici apportées à la crise de 2020. Draghi continue d’étudier l’impact de l’action des banques centrales sur l’économie, évoque dans cette étude le caractère insuffisant des achats de dette souveraine, et craint l’arrivée imminente d’une « falaise de faillites » d’entreprises alors que les programmes de soutien voient leurs financements diminuer peu à peu. Entre les lignes, on comprend que Mario Draghi et son confrère plaident pour une politique d’achats d’actifs qui bénéficierait directement aux entreprises. Pour faire face à ce nouveau challenge, l’étude recommande à ses commanditaires une action autour de trois axes : mieux cibler le soutien aux entreprises en tenant compte de leur santé financière à long terme, s’appuyer sur le secteur privé pour évaluer la viabilité des entreprises et ainsi utiliser les ressources financières de façon plus productives, et enfin d’assurer la stabilité du système financier pour prévenir des dommages collatéraux. Ceci impliquerait pour les dirigeants des pays du G30 un certain nombre de choix stratégiques qui seraient politiquement difficiles à assumer… surtout face à un calendrier électoral !

LES GRAPHIQUES DE LA SEMAINE :

ÉPILOGUE D'UNE ANNÉE CHAHUTÉE