Witam M l'inFO - L'actualité hebdomadaire en 1 clic

28/12/2020
Thumbnail [16x6]

Récapitulatif de la journée du 28 décembre 2020

ENFIN !

1 200 pages pour mettre fin à plusieurs années de négociations…. Londres et Bruxelles ont, avec un sacré sens du timing, enfin atteint l’épilogue de leur procédure de divorce ô combien particulière ! Les entreprises vont enfin pouvoir se remettre au commerce, y compris dans les secteurs à l’origine des points de discorde. Le Parlement européen n'ayant pas eu le temps de ratifier l'accord avant le 31 décembre, celui-ci entrera en vigueur provisoirement au 1er janvier 2021. Le Royaume-Uni s’apprête donc à entrer officiellement dans la nouvelle année en célibataire ! Que retenir de cet accord ? 

Celui-ci repose avant tout sur une absence de droits de douane et de toute limitation quantitative des flux de marchandises. Peut-on pour autant conclure que les conséquences sont minimes ? En quittant l’Union Européenne, Londres s’apprête tout de même à devoir soumettre toutes ses marchandises aux certifications européennes, ce qui pourrait s’avérer bien contraignant dans certains secteurs comme l’agroalimentaire. On note par exemple que chaque animal vivant entrant sur le territoire de l’UE devra subir un contrôle vétérinaire ! La perfide Albion a dû accorder d’autres concessions pour ratifier cet accord, et ne retrouve donc pas une liberté d’action totale. L’un des points d’achoppement majeur réside dans la nécessité de limiter le risque d’une concurrence déloyale… Chacun s’engage dès lors à se montrer transparent en matière fiscale, et à ne pas se livrer à du dumping social ou environnemental. En cas d’éloignement trop marqué, des droits de douanes pourraient être imposés à l’autre. Nul doute que les chiffres économiques de la Grande-Bretagne seront scrutés avec attention ces prochains mois par les économistes pour mesurer les premiers effets de cette séparation !

DONALD TRUMP EN PÈRE NOËL

Avant de tirer sa révérence, l’inénarrable Donald Trump a de nouveau offert aux observateurs un de ses fameux virages à 180 degrés dont lui seul a le secret. Le futur ex-locataire de la Maison Blanche a donc ratifié cette nuit le plan de relance de 900 milliards de dollars, validé par le Congrès la semaine dernière. Il avait pourtant annoncé faire valoir son droit au veto présidentiel sur ce même plan de relance. Le Congrès n’a pas eu à amender le texte (et notamment la proposition d’envoi de chèques versés aux ménages américains de 2 000 dollars au lieu de 600 dollars actuellement) pour le convaincre. C’est une excellente nouvelle pour l’économie américaine tant les risques étaient grands en cas d’échec sur le plan de relance. Les allocations chômage étaient suspendues depuis samedi minuit pour 10 millions d’Américains ! L’accord permet le versement et la prolongation de ces aides jusqu’à la mi-mars. Les entreprises ne sont pas en reste puisque l’accord garantit aussi des prêts aux sociétés, des aides ciblées sur pour les PME et les secteurs les plus touchés. Un accord plus que salvateur… qui devrait permettre d’éviter une rechute de l’activité trop marquée. Les mesures restent tout de même d’une envergure moindre que celles annoncées aux printemps. Reste à savoir si Joe Biden sera lui aussi confronté à la nécessité de négocier un tel plan dans les premiers mois de son mandat.

LE JAPON AMORCE SA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

Dans un article publié dans le journal Nikkei Asia, le gouvernement japonais a annoncé un ambitieux plan de transition énergétique visant à utiliser 50% d’énergies renouvelables d’ici à 2050. L’archipel nippon, dont les importants besoins énergétiques ont longtemps fait face à une forte dépendance extérieure, comptait jusqu’en 2011 sur le poids de l’industrie nucléaire pour produire son électricité. La catastrophe de Fukushima a bien évidemment mis un terme à cette politique énergétique, et le Japon a du recourir aux énergies fossiles pour compenser la fermeture de ses centrales nucléaires. C’est désormais sur l’hydrogèneque le pays du Soleil Levant compte miser, notamment depuis la ratification des accords de Paris en 2015 pour limiter le réchauffement climatique. Les énergies éoliennes et hydroélectriques ne sont pas en reste puisque le Japon planche sur des projets d’éolien offshore et compte déjà sur nombre de centrales hydroélectriques installées dans des barrages. De quoi combiner indépendance énergétique et respect de l’environnement pour les années à venir !

LE VACCIN ASTRAZENECA AMÉLIORÉ

Le groupe pharmaceutique AstraZeneca a annoncé avoir amélioré ses protocoles de vaccination, permettant à leur solution d’atteindre 90% d’efficacité voire plus. Celle-ci n’était que de 70% lors de sa première annonce début novembre, en même temps que Pfizer et Moderna. Aucune modification n’a été apportée à la formule, seul le protocole d’injection est différent. En effet, l’efficacité augmente dès lors qu’on administre une demi dose du vaccin dans un premier temps, suivi d’une dose complète, là où les premiers essais procédaient à des injections de deux doses complètes. Ceci change la donne pour le laboratoire, car leur vaccin est plus simple que celui de Pfizer, qui doit être conservé à une température de -70 degrés Celsius. Cette annonce est donc une bonne nouvelle dans la course contre le virus, qui permettra peut-être de mettre fin plus rapidement à la crise sanitaire mondiale.