Witam M l'inFO - L'actualité hebdomadaire en 1 clic

07/10/2021
Thumbnail [16x6]

Récapitulatif de la semaine 40

 

UN SOUTIEN INATTENDU POUR LES INDICES MONDIAUX…

Tel le « Super Mario » de la grande époque, un homme est venu chuchoter des mots doux à l’oreille des marchés financiers… Les déclarations du président russe Vladimir Poutine ont en effet grandement contribué à diminuer le risque perçu par les investisseurs quant à l’impact potentiellement négatif de la hausse du prix des matières premières. Le cours du gaz naturel, qui avait subi une hausse de 60% en 48h (+130% depuis le début de l’année) s’est ainsi puissamment retourné (16% de baisse au plus fort de la correction) sous l’effet de la volonté du président Russe d’augmenter sensiblement ses exportations de gaz vers le Vieux Continent dans les semaines à venir. Effet indirect tout autant appréciable, cette évolution stratégique de la Russie (et l’augmentation concomitante des stocks de pétrole américains) a entrainé une baisse sensible du prix du baril de pétrole. Les « gagnants » de cette décision surprise dépassent donc largement les frontières européennes.
La perception du risque inflationniste, sur toutes les lèvres ces dernières semaines dans les salles de marché, vient donc de diminuer nettement en quelques heures. Nuançons toutefois le propos : les autorités allemandes doivent désormais certifier l’accélération de la mise en marche du gazoduc Nord Steam 2, condition sine qua non pour que les intentions revendiquées par Vladimir Poutine soient suivies d’effets… Surtout, la dynamique inflationniste ne va pas disparaitre en quelques semaines. En revanche, le scénario d’une inflation transitoire sortirait considérablement renforcé par cette perspective. Pendant ce temps, les taux longs continuent de fluctuer en deçà du niveau d’inflation, et continuent en ce sens de corroborer les anticipations d’un contexte monétaire favorable à l’extension des multiples…

UNE BONNE NOUVELLE N'ARRIVE JAMAIS SEULE !

Autre sujet de préoccupation lancinant depuis cet été, les négociations semblent avoir pris un tournant décisif chez nos amis américains ! Les républicains viennent en effet de proposer la suspension du plafond de la dette jusqu’au mois de décembre. Une proposition susceptible de diminuer le risque du défaut de paiement du Trésor américain qui semblait tant inquiéter la Secrétaire du Trésor Janet Yellen. Risque que nous abordions déjà la semaine passée et qui tenait selon nous davantage d’une posture de négociation… Les démocrates, qui souhaiteraient repousser eux aussi le plafond de la dette jusqu’en décembre (…mais 2022 !) disposeraient désormais de deux mois de délai pour poursuivre leurs propres débats internes. Progressistes et centristes s’opposent en effet toujours sur le si attendu second volet de relance budgétaire. Sans nul doute, l’issue positive qui se dessine de ces interminables négociations est susceptible de faire souffler un vent nouveau sur les marchés financiers.
« Last but not least », le rapport sino-américain semble dans le même temps se réchauffer, alors qu’une visite virtuelle entre les présidents des deux premières puissances mondiales devrait se tenir avant la fin de l’année. Un vrai bal des bonnes nouvelles financières !

L'INSEE COMPLÈTE LE TIERCÉ GAGNANT

Dans sa note de conjoncture publiée le 6 octobre, l’institution française en charge des statistiques et des études économiques dresse un état des lieux de l’activité économique du pays. Parmi les principales informations qui ressortent du rapport, l’amélioration attendue du marché du travail dans l’Hexagone est telle que les 500 000 créations d’emplois enregistrées depuis le début de la crise du Covid-19 dépasseraient les 300 000 emplois détruits par cette même crise. Ainsi, le taux de chômage pourrait baisser à 7,6% d’ici la fin de l’année 2021, soit un niveau jamais vu depuis la crise de 2008 ! Ce rebond du marché du travail pourra ainsi dynamiser la reprise de la consommation des ménages, bien que les problématiques liées à l’inflation (évoquées ci-dessus) restent à surveiller.